Histoire du régime écossais rectifié

à paraître

sortie fin novembre 2017 !


Introduction
 
- 1re Partie -
Des origines au XIXe siècle
 
I. La Stricte Observance
a)                  Le Rite Écossais
b)                  Les « Hauts-Grades » écossais
c)                   La franc-maçonnerie templière
d)                  Le Convent de Kholo (1772)
e)                   Le Convent de Berlin (1773)
f)                    Le Convent de Brunswick (1775)
 
II. Jean-Baptiste Willermoz le fondateur du Régime Écossais Rectifié
III. Martinès de Pasqually et l’Ordre des Chevaliers Maçon Élus Coëns de l’Univers
IV. Du rattachement à la Stricte Observance au « Convent des Gaules » (1778)
a)                  Constitution des Directoires des IIe, IIIe et Ve Provinces de la Stricte Observance
b) Les Leçons de Lyon (1774-1776)
c) Les décisions fondatrices du Convent des Gaules
V. Le Convent de Wilhelmsbad (1782)
a)                  La fin de l’illusion templière
b)                  La question de la 3e classe secrète de la Grande Profession
c) Les rituels, la Règle Maçonnique et les Provinces de l’Ordre
VI. Le Régime Écossais Rectifié de la Révolution au XIXe siècle
a) La Révolution et ses conséquences
b) L’embellie de l’Empire
c) L’extinction du Régime en France sous la Restauration
d) La conservation helvétique de l’Ordre
 
- 2e Partie -
Du réveil au XXe siècle à nos jours
 
I. Rétablissement en France du Régime Écossais Rectifié (1910)
II. Le Rite Écossais Rectifié au Grand Orient de France
a) Le « Centre des Amis »
b) Création de la Grande Loge Nationale Indépendante et Régulière pour la France et les colonies
c) Rupture du Traité de 1911 entre le G.O.D.F. et le G.P.I.H.
d)                  Rupture du G.P.I.H. avec la G.L.N.I. & R.
II. Le rôle fondamental de Camille Savoire
a) Action en faveur du R.E.R. au sein du G.OD.F.
b)                  Échec avec le G.O.D.F.
IV. Constitution du Grand Directoire des Gaules (1935)
V. La Grande Loge Écossaise Rectifiée (1935-1958)
a) Avant-guerre (1935-1939)
b) Création par le G.O.D.F.
d’un « Directoire Écossais des anciennes Provinces de France » (1938)
c)                   Réaction de Camille Savoire à l’initiative du G.O.D.F.
VI. Création du Grand Prieuré des Gaules (1946)
a) L’Ordre et les Obédiences
b) Activité du Grand Prieuré des Gaules à partir de 1947
c) Retour à l’Orient éternel de Camille Savoire (5 avril 1951)
d) Julien Rybinski Grand Maître du G.P.D.G.
e) Tentative par la G.L.N.F. de captation du 4e grade (1954)
f) Les Convents internationaux de Genève (1956) et Zurich (1958)
VII. La Convention du Grand Prieuré des Gaules avec la G.L.N.F. (1958)
a)                  Apport, par le G.P.D.G., de la régularité rectifiée à la G.L.N.F.
b)                  La Convention de 1958 entre le G.P.D.G. et la G.L.N.F.
c)                   Scission de la Grande Loge Nationale française – (Opéra)
VIII. Les Grands Maîtres-Grands Prieurs du G.P.D.G.
a)                  André Moiroux (1899-1962)
b)                  Antonin Wast (1901-1973)
c)                   Jean Baylot (1912-1976)
d)                  Jean Granger (1919-1995)
e)                   Daniel Fontaine
f) La réaffirmation des fondements spirituels chrétiens de l’Ordre 
IX. Le Grand Prieuré des Gaules - « Ordres Unis »
a)                  L’ouverture du G.P.D.G. aux Grades chevaleresques anglo-saxons (1992)
b) Intégration des Hauts Grades du Rite français (1995)
Le rayonnement international du G.P.D.G. « Ordres Unis »
 
X. Rupture entre le G.P.D.G. « Ordres Unis », et la G.L.N.F. (juin 2000)
a)                  Chronologie d’une rupture
XI. Le G.P.D.G. « Ordre des francs-maçons Chrétiens de France »
a) De la structuration à la nouvelle Constitution de 2005
b) Marcus i.O. Eq. ab Insula Alba
c) Bruno i.O. Eq. ab Ardenti Corde
XII. Le « réveil » du Grand Directoire des Gaules (15 décembre 2012)
Acte I.
a) Genèse, « saint-martiniste », d’une rupture
b)                  La « doctrine de la réintégration » à l’origine de la rupture historique au sein du G.P.D.G.
Acte II.
c) La sortie du G.P.D.G. de la « Société des Indépendants »
d) La Saint-Michel 2012 : « le dogme est intangible, pas la doctrine… »
e) Déclaration du Porte-parole du G.P.D.G, au Conseil National (15 octobre 2012)
Acte III.
f) Nécessité de sortir et libérer l’Ordre des Obédiences
g) La « proclamation » de la « Refondation » de l’Ordre
h) Constitution du « Directoire National Rectifié de France »,
et « réveil » du « Grand Directoire des Gaules » (15 décembre 2012)
 
Conclusion : la « Refondation » de l’Ordre
ou la « Renaissance » du Phénix
*
Appendices
 
I. Le « Mémoire au duc de Brunswick » de Joseph de Maistre :
Renonciation templière et supériorité des mystères du christianisme
II. L’idée erronée de « possession séculaire » sur le Rite Écossais Rectifié du G.O.D.F.
III. Le devenir du Conseil Général de l’Ordre au XXe siècle
IV. Les Grands Prieurés Rectifiés français au XXe siècle :
1) Le Grand Prieuré de France (1962)
2) Le Grand Prieuré Indépendant des Gaules (1965)
3) Les Grands Prieurés Unis des Trois Provinces (1974)
4) Le Grand Prieuré Écossais Réformé et Rectifié d’Occitanie (1995)
5) Le Grand Prieuré Indépendant de France (1998)
V. Schéma des filiations des Grands Prieurés Rectifiés français
VI. Mise au point et rappel, de la nature des principes, lois et règles
de la Grande Profession, 3e et dernière classe de l’Ordre Rectifié
VII. Lettre de Jean-Baptiste Willermoz à Charles de Hesse
sur la Grande Profession, 12 octobre 1781
VIII. Sommaires des Cahiers Verts n° 1 à 13, ancienne série (1970-1993)
Numéro Hors-série (2005), et n° 1 à 6, nouvelle série (2006-2011)
IX. Le Régime Écossais Rectifié et la religion chrétienne
 a) Les différentes interprétations du dogme
b) Les loges ne sont point des écoles de théologie
c) Les dogmes voilent la vérité
d) Les points qui font difficulté
e) Le christianisme dit « transcendant »
f) Les confusions issues de la double stratégie initiatique
g) Le Régime rectifié ouvre sur le « Sanctuaire »
h) L’initiation rectifiée est dépositaire d’une « Science universelle »
i) « il existe encore des Maîtres dans cette Science importante… »
Conclusion : L’Ordre invite à une rencontre « intérieure » avec le Divin Réparateur
 
Annexes
I. Traité d’Union entre le G. O. de France et les trois Directoires écossais établis selon le Rite de la Maçonnerie réformée d’Allemagne à L'Оrient de Lyon, Bordeaux et de Strasbourg (1776)
II. Demande du Directoire de Septimanie, séant à l’Orient de Montpellier, tendant à participer au Traité d’Union (1781).
 
III. Introduction du Code Maçonnique des Loges Réunies et Rectifiées (1778)IV. « Matricule des trois Provinces françaises, arrêtée au Convent national tenu à Lyon en 1778 », établie lors de la 2e séance du Convent des Gaules,le 27 novembre 1778 (Cf. MS 5.482, BM de Lyon).
V. Registre du Collège Métropolitain, du 7 octobre 1778 au 9 avril 1880 (sources : archives privées).
 
VI. Règle Maçonnique en neuf points (1782)
VII. Recès du Convent Général tenu à Wilhelmsbad (1782)VIII. Renouvellement du Traité d’Union avec le Grand-Orient (1811)
IX. Lettres-patentes décernées par le G.P.I.H. à Ribaucourt, Savoire et Bastard (11 juin 1910)
X. Charte-patente constitutive du Grand Prieuré des Gaules (23 mars 1935)
XI. Saint Ordre des Grands Profès, Archives concernant l’Essai de constitution d’un Collège Métropolitain aux États-Unis en 1900 (sources archives privées).
XII. Traité d’Alliance et d’Amitié entre le Grand Directoire des Gaules et le Grand Prieuré d’Helvétie (25 juillet 1935)
XIII. Convention entre la Grande Loge Nationale française et le Grand Prieuré des Gaules (1958)
XIV. Avenant du 21 octobre 1965 à la Convention du 13 juin 1958
XV. Déclaration de Principes du 8 octobre 1983
XVI. Déclaration commune du Grand Maître de la G.L.N.F. et du Grand Prieur-Grand Maître National du G.P.D.G. du 10 janvier 1984
XVII : « Note d’information, afin que nul n’en ignore », Paris, le 4 novembre 1997
XVIII : Épitomé de présentation du « Grand Prieuré des Gaules-Ordres Unis,
« Aménagement des structures », « Administration des Ordres Unis », mars 2000.
XIX.       Lettre de la G.L.N.F, dénonçant unilatéralement les accords avec le G.P.D.G., 13 juin 2000.
XX. Note d’information de la G.L.N.F, envoyée aux membres du R.E.R., annonçant la décision de dénonciation des accords de 1958 avec le G.P.D.G., 20 juin 2000.
XXI. Présentation, par le G.P.D.G., du jugement rendu le 19 décembre 2001 par le Tribunal de Grande Instance de Paris
XXII : Retrait de la Patente délivrée en 1995 au G.P.D.G., pour la pratique des « Hauts Grades » du Rite français, par l’Orde van Vrijmetselarem des Pays-Bas.
XXIII. Convention entre le Grand Orient de France et le Grand Prieuré des Gaules du 24 avril 2003
XXIV. Lettre de démission du G.P.D.G., du Porte-parole officiel, décembre 2012
XXV. Directoire National Rectifié de France-Grand Directoire des Gaules
« Principes de la ‘Refondation’’ de l’Ordre en 10 points »
 
Table des illustrations
 
Bibliographie
 

 près de 600 pages ... des documents jamais encore publiés ! tirage limité